Macron et les « illettrés » de Gad : le ministre a réussi son baptême du feu médiatique

Notre Directeur du pôle « Gestion de crises et Restructurations », Lionel Benatia, revient sur la polémique provoquée par Emmanuel Macron en parlant de « salariées illettrées ». Tribune publiée originellement sur Le Plus du Nouvel Obs.

Après l’épisode des « sans dents », cette semaine a été marquée par une nouvelle salve de prolophobie pour le gouvernement Valls II. Emmanuel Macron, le très attendu-au-tournant ministre de l’Economie, parlait des « illettrés de Gad » à l’occasion de sa première interview sur Europe 1.

Immédiatement, la machine s’emballe et les observateurs s’indignent ad nauseam. L’ex-financier au patrimoine mirobolant et à la réussite arrogante se retrouve pour la première fois sous le feu nourri de l’attention médiatique. Enfin il répondait aux attentes de ses détracteurs et aux inquiétudes fébriles de son camp en dévoilant au grand jour « son mépris des petites gens ». 

L’excuse et la contrition, des armes de com’ efficaces

Qu’il trahisse la face sombre du ministre ou soit plus simplement une maladresse d’un politique qui n’avait pas encore parfaitement enfilé le costume du ministre, le « couac » méritait quoi qu’il en soit une réponse rapide et efficace pour tuer la polémique dans l’œuf.

« Je les ai appelés pour m’excuser, mais je le ferai aussi directement et sur place. C’était tout le contraire de ce que je voulais faire », a tout de suite répliqué Emmanuel Macron, interrogé par l’opposition lors des questions au gouvernement.

En la matière, Emmanuel Macron a utilisé la seule arme de communication efficace pour une telle occasion : l’excuse et la contrition.

En le faisant publiquement, devant les représentants de la nation sur les bancs de l’Assemblée nationale, l’ancien banquier a montré un visage humain et démontré son attitude concernée par la réalité des problématiques quotidiennes des salariés de Gad. Il a fait sienne la devise de Vercors : « La sincérité toujours surmonte les obstacles. »

Emmanuel Macron lors des questions au gouvernement du 17/09/2014 (ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA)

Emmanuel Macron lors des questions au gouvernement du 17/09/2014 (ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA)

Macron a gagné ses galons de ministre

Preuve de l’efficacité de la démarche, la pression médiatique s’interrompt quasi immédiatement et Manuel Valls clôture lui-même la séquence quelques heures plus tard : « Les salariés sont choqués bien évidemment et le ministre a eu les mots qu’il fallait à l’Assemblée nationale », a-t-il insisté, assurant qu’Emmanuel Macron s’est excusé de « lui-même, en toute responsabilité et c’est bien ainsi ».

Au-delà de la stratégie de communication politique, somme-toute assez basique dans une situation aussi intense que celle qu’il a connu mercredi, c’est davantage le rite initiatique qui nous intéresse ici.

En quelques heures, l’ancien membre de cabinet, l’ancien banquier, l’ancien économiste a gagné ses galons de ministre en subissant son baptême du feu-médiatique.

Il est entré dans le studio d’Europe 1 encore un peu créature de cabinet ministériel, technocrate auréolé de ses diplômes, et quelques heures plus tard sur les bancs de l’Assemblée nationale, il est né homme politique et a fait de cette crise médiatique l’opportunité d’une mue nécessaire.

Share This Post

Popular

Related by categories

Related by tags

Comments

*

No comments yet.