La victoire des Républicains au Sénat, quelles conséquences sur la croissance américaine ?

Les élections américaines de mi-mandat ont vu les Républicains prendre le contrôle du Congrès. Ils ont maintenu leur majorité sur la Chambre des Représentants et gagner le Sénat. Paradoxalement, si les deux chambres sont désormais du bord opposé à celui du Président Obama, ces résultats pourraient avoir des conséquences bénéfiques sur le policy mix et donc sur la croissance américaine mais également sur le plafonnement de la dette qui sera renégocié en 2015, en réduisant les blocages législatifs actuellement à l’œuvre.

La victoire des Républicains, qui entraînera une meilleure fluidité entre les chambres, devrait permettre à certains projets de loi cruciaux pour la croissance américaine d’être entérinés. Parmi les sujets les plus à même d’aboutir et avec le plus d’impacts sur la croissance à court terme, nous retenons : la construction du pipeline Keystone XL vers le Canada et en parallèle une évolution sur les autorisations d’exportations de pétrole et de gaz naturel, la réforme de la taxation des entreprises incluant une simplification du système et une baisse du taux de taxation (actuellement à hauteur de 35%), et enfin à titre de compensation, les Républicains ont de grandes chances de voter pour la Trade Promotion Authority d’Obama visant à promouvoir les échanges commerciaux internationaux.

Sur le long terme, l’immigration et les infrastructures, deux sujets qui peinent à trouver un consensus pourraient voir leur situation s’améliorer et nourrir ainsi la croissance interne américaine. La réforme de l’immigration ambitionnant un assouplissement des flux migratoires devrait revenir sur le devant de la scène et probablement être approuvée par la chambre des représentants. Dans la même optique, le highway trust fund qui n’a pas vu ses crédits augmentés depuis 1993 pourrait également bénéficier d’un consensus.

Par ailleurs, le plafond de la dette américaine sera à nouveau atteint en 2015. Après les shutdowns des années passées, ce sujet reste toujours épineux. Néanmoins avec les éléctions présidentielles de 2016 en ligne de mire, les Républicains n’ont pas intérêt à imposer un nouveau blocage au pays, ce qui pénaliserait l’image de leur parti.

En conséquence, si les points de frictions entre les deux partis restent forts, le basculement des deux chambres dans le même camp et l’optique des élections présidentielles de 2016 devraient faciliter l’adoption de plusieurs projets de loi à même de soutenir la croissance américaine.

Source : AFP

Source : AFP

Share This Post

Popular

Related by categories

Related by tags

Comments

*

No comments yet.